C’est le Père René Taris qui, en tant que curé de la Paroisse, consacra celle-ci le 25 mars 1973 au Coeur immaculé de Marie. Et aujourd'hui, en ce temps de centenaire des apparitions de Fatima, le père Guillaume va renouveler ce geste. Mais quel est le lien entre Fatima et cette dévotion ?

messe_Fatima_21_05_17_choeur.JPG
Lors de la 3ème apparition de Fatima, le 13 juillet 1917, la Vierge aurait demandé aux trois pastoureaux « la consécration de la Russie à son Coeur immaculé ». Cette demande est renouvelée lors d’une apparition à Lucie, le 13 juin 1929 à Tuy, où elle demande « la consécration du monde et de la Russie au Coeur immaculé de Marie ». La Vierge missionne la jeune fille pour transmettre cette demande au pape.
En décembre 1940, Lucie (seule survivante des trois voyants) écrit une lettre à Pie XII, dans laquelle elle demande au pape de « daigner étendre et de bénir cette dévotion dans le monde entier » ainsi que « la consécration du monde au Coeur Immaculé de Marie, avec une mention spéciale de la Russie ». Le pape répond à ces demandes, en pleine Seconde Guerre mondiale, le 31 octobre 1942, en consacrant le monde, l’Église, et l'humanité au Coeur Immaculé de Marie. Cette consécration est renouvelée par saint Jean-Paul II en 1982, puis en 1983 et à nouveau le 25 mars 1984 en union avec tous les évêques du monde. Le pape François consacre à nouveau le monde au Coeur immaculé de Marie le 13 octobre 2013.

La grande révélation de Fatima est que nous devons prier et nous sacrifier sans cesse pour la conversion des pécheurs. L’essentiel du message peut se résumer dans cette phrase de Notre-Dame, le 19 août 1917, lors de la quatrième apparition : « Beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles ». Depuis les révélations de l’Ange en 1916, jusqu’aux apparitions de Notre-Seigneur ou Notre-Dame à soeur Lucie jusqu’en 1943, toutes les communications célestes ont pour principal objet de nous demander de nous sacrifier et de prier pour la conversion des pécheurs. En retour, Notre-Dame nous promet la paix dans le monde. Car, moins il y aura de pécheurs, plus les conditions pour avoir la paix seront réunies.