LE MYSTÈRE DE L’ÉGLISE

Par appel de Dieu en Jésus-Christ, « nous sommes le corps du Christ ». Il est « la tête » et nous « les membres » (Romains XII et I corinthiens XII).
En Lui nous recevons du Père la mission « d’annoncer à toute créature » la Bonne Nouvelle du salut. Le Christ est « prêtre, prophète et roi du Royaume de Dieu ».
En Lui, par la grâce des sacrements de l’initiation chrétienne, nous sommes devenus « un Peuple de prêtres, de prophètes et de rois du Royaume des cieux ».

LE MINISTÈRE DES APÔTRES ET DE LEURS SUCCESSEURS

Ce qui permet à l’Église d’être « le Corps du Christ » et d’accomplir sa mission dans le monde, c’est la grâce du Christ qui nous vient du ministère apostolique. Ce ministère qui se poursuit à travers les évêques, les prêtres et les diacres. C’est ce que nous affirmons lorsque nous disons que nous croyons que « l’Église est apostolique ». Les Apôtres et leurs successeurs ont reçu une participation à la grâce du « Christ Tête » afin de rendre présent et agissant le Christ Seigneur. Ils ont reçu l’onction de l’Esprit Saint afin qu’à travers leur pauvre humanité, le Christ Seigneur parle et agisse et plus encore se rende présent à son Peuple. Ils participent donc des trois fonctions du Christ qui est prêtre, prophète et Roi et donne au Peuple de Dieu « la capacité d’être un Peuple de prêtres, de prophètes et de rois du Royaume de Dieu ».

LES FIDÈLES LAÏCS DU CHRIST

La mission des fidèles laïcs du Christ est de rendre un culte d’adoration en communion avec le Christ et toute l’Église (Romains XII, 1-3).
Elle est aussi d’établir le règne de Dieu dans toutes les réalités quotidiennes de leur vie personnelle et sociale. Certains laïcs sont appelés aussi à prendre une part active à la vie de l’Église à travers différents engagements. Ils ont reçu « des charismes », c’est à dire des dons de l’Esprit Saint pour participer à la vie de l’Eglise et y exercer une part de responsabilité. Cela demande du discernement et de la formation. Le ministère apostolique (évêque, prêtre et diacre) a la charge d’exercer ce discernement en lien avec d’autres membres du Peuple de Dieu (Cf I Corinthiens XII-XIV).

(Voir aussi dans la constitution dogmatique sur l’Église « Lumen Gentium » du Concile Vatican II ; les chapitres 2-4)