La communauté catholique du Plessis-Bouchard est heureuse de vous accueillir sur son site.

Vous y trouverez des renseignements sur la vie paroissiale, les messes et prières, les sacrements, les mouvements…

Mais ce site se veut surtout un espace de dialogue. N’hésitez pas à entrer en contact avec nous.

LA MISERICORDE, "RIEN QUE POUR MAINTENANT"

Le week-end dernier, la paroisse a fêté la Divine Miséricorde avec une rare expérience souhaitée par le père Guillaume. Des complices aguerris de la Communauté de l’Emmanuel étaient ses invités pour amorcer une belle audace. Dans l’après midi du samedi 7, une vingtaine de fidèles sont partis deux par deux pour évangéliser les passants rencontrés au Plessis et ils ont reçu un bon accueil, à la surprise des néophytes.
Dans la soirée, une belle veillée, animée par le groupe de prière de l’Emmanuel, a permis de recevoir le sacrement de réconciliation et de vénérer des reliques de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Elles ont été prêtées par Fabiola Duez, soignante colombienne de 62 ans au service ophtalmologie de l’hôpital Necker à Paris, qui a donné un enseignement cultivé sur la petite sainte et ses parents.
Elle est intervenue le lendemain, dimanche 8, avec des paroles particulièrement touchantes pour les enfants. En partageant la « petite voie » de Thérèse, elle a invité chacun à éprouver la Miséricorde du Seigneur « rien que pour maintenant », car minute après minute, elle peut devenir une grâce perpétuelle.
relique ste thérèse 8 04.jpg

Cette expérience a touché l’assemblée, riche des handicapés de Foi et Lumière, des invités de l’Emmanuel, des futurs premiers communiants et de toutes les familles qui ont rempli l’église Saint-François de ferveur et de joie. Merci à Fabiola et à la Communauté de l’Emmanuel de nous éveiller à la Miséricorde.
MR

JESUS LEUR EXPLIQUA DANS TOUTE L'ECRITURE CE QUI LE CONCERNAIT

Dans le récit des manifestations de Jésus ressuscité il est fait référence à l’accomplissement des Saintes Écritures. Dans l’évangile selon St Luc au chapitre 24, le Seigneur fait deux fois mention de ce qui était annoncé dans la Sainte Écriture.

bible_2.jpg

Mercredi soir dernier lors de la rencontre des catéchumènes nous avons pris le temps de lire et d’échanger sur ce récit du chapitre 24 de St Luc. Dans les différents groupes les échanges furent fructueux. Un catéchumène a visualisé l’histoire, il en a été éclairé… Un désir de vivre quelque chose de cette expérience du Christ qui nous rejoint dans notre vie est monté dans les coeurs…
Depuis septembre quatre PUITS DE LA PAROLE DE DIEU se réunissent chaque mois ; trois se retrouvent au domicile de l’animateur et un dans la salle paroissiale. Chaque Puits rassemble entre cinq et sept personnes d’horizons très variés.

Lire la suite »

ENFANTS CHORISTES ET ENFANTS DE CHOEUR : le renouveau

Choristes en herbe à St-François

Nous avons eu l’occasion, lors de nos dernières messes dominicales, d’entendre tout à coup quelques petites voix fluettes s’élever du côté de l’orgue. C’est qu’une chorale pour enfants du caté est en train de démarrer sur la paroisse : le plus petit est au CE1, les autres au CM1, CM2 et en 5ème. Ils chanteront, déjà pour la cinquième fois, ce dimanche 8 avril, pour la messe des familles. Et ce, grâce à Doris, maman de deux enfants de 4 et 2 ans, dont la passion pour le chant choral n’a pas échappé au Père Guillaume. Invitée par lui à mettre ses talents au service de notre paroisse, elle a immédiatement accepté.

choristes enfants avec Doris.JPG

Cinq-six choristes composent, pour le moment, le petit groupe et reçoivent soutien et encouragement de leurs parents ; trois d’entre eux participent d’ailleurs aux répétitions. L’un d’eux, Alain VIGUIÉ, musicien, joue de la guitare, et co-anime en quelque sorte ce groupe avec Doris. Elle dit même : « Je m’appuie énormément sur lui, parce qu’il joue de la musique et connaît plein de choses ». Alors comment s’organisent-ils tous les deux ? Après que le Père Guillaume a choisi, parmi des chants sélectionnés par Doris, les plus appropriés à la liturgie du dimanche concerné, Alain se charge de trouver la partie musicale pour la remettre à l’organiste. Pas question de faire déchiffrer une partition aux enfants, ils apprendront chez eux le (ou les) chant sélectionné, grâce à un lien You tube que Doris leur envoie. « Un chant pas très compliqué, dit-elle, avec un refrain d’une ou deux phrases maximum pour que les enfants soient à l’aise ». Interrogée sur la fonction d’une chorale dans une célébration, elle vous répond : « On dit que chanter, c’est prier deux fois. Et par rapport aux enfants, c’est de loin le moyen le plus ludique de leur transmettre un message au travers de ce qu’ils chantent. Depuis que je suis maman, je me rends compte de la difficulté qu’il y a à intéresser un enfant pendant longtemps. I l a besoin d’un côté ludique et, pour moi, le chant choral doit jouer ce rôle-là ».
Et Doris d’attribuer bien d’autres qualités au chant choral : « Il peut aider les enfants, dit-elle, à évoluer dans la foi mais aussi à évoluer tout simplement dans la vie parce qu’en se retrouvant à plusieurs, on apprend à composer avec l’autre et à faire des choses ». Elle a même dans l’idée de leur faire découvrir le djembé, instrument de percussion africain et bien d’autres instruments de musique, malgaches ceux-ci. Elle espère, pour ce faire, pouvoir être briefée par des ressortissants de Madagascar. Amis malgaches et musiciens, elle vous attend !
Jacqueline HUBER

Servants de messe : des entraineurs de communauté ?

Responsable du caté des 6èmes et aussi - avec Hilaire Noubissi – du groupe des servants de messe, Gaby Jean-Alphonse nous a ouvert les coulisses de ce service de l’autel.

servants de choeur Rameaux 2018.jpg

Nous n’étions plus habitués à Saint-François de Sales à un tel déploiement de solennité, et la dizaine d’enfants de choeur très recueillis, qui entourait le Père Guillaume, lors de notre récente et magnifique Veillée pascale, a sûrement impressionné plusieurs personnes dans l’assistance. C’est que, depuis la rentrée, une quinzaine de filles et de garçons, de toutes cultures - véritable melting pot de Béninois, Togolais, Portugais, Sri lankais et Français - s’initient à la mission de servants de messe, sous la houlette du Père Guillaume, de Gaby Jean-Alphonse et d’Hilaire Noubissi. Des enfants étonnamment calmes et disciplinés, dit Gaby. À l’entendre, ils ne connaissent de chahut que dans la sacristie au moment de trouver leur aube et de s’en vêtir. Réunis tous les mois, un samedi après-midi, autour du Père et de leurs deux animateurs, ils ont fait connaissance avec les objets du culte (la patène, le calice, le ciboire…), ont appris à processionner lentement, à se déplacer autour de l’autel, à s’asseoir, s’incliner, s’agenouiller, se prosterner. Chacun s’est rodé à tous les rôles qui peuvent lui être attribués : celui de porte-croix, de lectionnaire, de thuriféraire (qui manie l’encens), du céroféraire (qui porte le cierge au moment de la procession d’entrée ou de l’Evangile), lui permettant ainsi d’être interchangeable le cas échéant. Ils auront maintes fois répété, sous la conduite du Père Guillaume, la procession d’entrée et la montée à l’autel et accepté sans rechigner un rythme accéléré de répétitions pour se préparer aux célébrations du tridum pascal (jeudi, vendredi et samedi saints).
Un grand merci à eux et à leurs animateurs pour avoir, à leur place, en favorisant une atmosphère à la fois recueillie, priante et déférente envers Jésus, présent au Tabernacle, contribué à l’éclat de notre Veillée pascale. Servants d’autels ne sont-ils pas des entraîneurs de communauté ?

IL EST VRAIMENT RESSUSCITE

Paques 2018 scène du tombeau.jpg

paques_tombeau_ouvert.JPG

Grand, grand merci encore à tous ceux qui ont préparé les cérémonies. Et plus spécialement : à Cédric qui a concocté un programme de chants entraînants et priants – notamment sa litanie des saints en a scotché plus d’un - et à l’orchestre ; mais aussi à l’équipe talentueuse qui s’est, une nouvelle fois, brillamment investie dans le fleurissement de l’autel et à ceux qui ont réussi à ériger un simulacre de tombeau sur le maître autel.

Les cérémonies de Pâques ont été photographiées et filmées. Ouvrez le lien suivant et souvenez vous de grands moments :
Liens vers albums photos paroisse.pdf

L'équipe Communication

La joie de Pâques des communiants

En ce week-end de Pâques, la paroisse est heureuse d’accueillir les jeunes qui font leur profession de foi, ainsi que leurs familles. Nous sommes tous en union de prière avec eux.

AHMAD Shari-Mateo
ALVES Alexandre
BIOI-SINDA Grace
BLAEVOET-DASYWA Ainhoa
CARVALHO Eva
DAUPHIN-PESTEUR Chloé
DECONQUAND Justine
DESLANDES Anna
DESLANDES Arthur
FILLAUD Martin
GOURDON Clara
KUMAH Armonie
LE GAC Dalva
LECANU Lucile
LENOIR Antoine
NAYANGA Bénédicte
N’DIAYE Djibril
REY Pauline
SALONDY Maeve

profession_de_foi_2017_colombe.jpg

Le printemps du cinéma chrétien

Depuis quelques mois, les médias soulignent la coïncidence de la sortie de plusieurs films qui traitent de la religion chrétienne. Loin d’être des films édifiants, ils sont le fruit des questionnements de leurs auteurs sur le mystère de la foi.

Le 14 février, « L’apparition » arrivait sur les écrans. Ce film s’inscrit dans l’oeuvre de Xavier Giannoli, auteur attiré par les histoires de fabulateurs. Dans ce film sur les récentes apparitions supposées de la Vierge Marie dans un village alpestre, Vincent Lindon mène une enquête canonique et veut s’en tenir aux faits, aux explications rationnelles. Mais la rencontre avec la jeune voyante l’atteint de plein fouet, et fait émerger ses doutes, son sens du destin, sa foi..
. Le 28 février, « Jésus l’enquête » semblait annoncer la couleur. Le film de John Gun est une adaptation du livre de Lee Strobel (The Case for Christ), dans lequel ce journaliste américain, athée revendiqué, est confronté à la conversion de sa femme au christianisme et enquête sur la figure du Christ. À la recherche de contre-preuves, il redécouvre ses doutes, sa crédibilité, sa foi...

Le 21 mars est sorti « La prière » de Cédric Kahn. Dans ce film, un jeune toxicomane de 22 ans, pour sortir de sa dépendance, rejoint une communauté d’anciens drogués qui se soignent par la prière. Le film, qui s’inspire d’une communauté réelle, raconte « le trajet d’un être non religieux qui fait un chemin vers la religion », explique son réalisateur. C’est un chemin escarpé qui passe par la révolte, l’incompréhension, le renoncement. Puis Thomas se réconcilie avec lui et les autres, il découvre l’exaltation, la prière, la foi...

la prière affiche.jpg

Ces films et bien d’autres sortis en 2017, comme « La confession » de Nicolas Boukhrief, « Silence » de Martin Scorsese et « Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc » de Bruno Dumont, démontrent que le cinéma est un art hautement spirituel. Il ne vise pas en particulier les 3 millions de pratiquants catholiques réguliers mais tous ceux qui se sentent concernés par la transcendance. Les cinéastes reconnaissent que cette interrogation passe par la quête intime des personnages. Comme le dit Xavier Giannoli : « On n’est pas obligé de filmer une église ou un monastère pour parler de la foi. (...) Si on interroge le spectateur sur son sens du bien et du mal, son aptitude à la compassion ou pas, on suit déjà une démarche spirituelle ». Oui, un film peut être un pont entre le doute et la croyance, la raison et la foi. L’art est du côté du questionnement, de la quête et aussi de l’incarnation. Comment montrer l’invisible derrière le visible ? Comment montrer l’âme par le corps ? Des réalisateurs, chrétiens ou non, comme Bresson, Pasolini, Dreyer, Rossellini, Bergman, Scorsese, Tarkovski, ont donné le meilleur du cinéma dit chrétien. Pas besoin de récit édifiant et hollywoodien - comme le film « Marie-Madeleine » de Garth Davis sorti le 28 mars - pour montrer les croyants, car si « le réel n’est pas présent, le monde s’absente et Dieu s’absente aussi » dit l’écrivain Jean Collet.

Michel Rocher
A lire : dossier « Filmer la foi » dans « La Vie » du 15 mars

Oyé, oyé, paroissiens, paroissiennes ! : le FRAT est proche

L’interjection vient de Jennifer K., du groupe des grands jeunes de l’Aumônerie, qui tel un crieur du Moyen Age, interpelle et informe les paroissiens de Saint-François de Sales de la décision prise, par une dizaine d’entre eux, de se rendre au FRAT de Lourdes qui aura lieu cette année du 17 au 22 avril. Après son « Oyé, oyé », Jennifer écrit : « Les jeunes lycéens de notre paroisse : Alix, Nathan, Hamilton, Océane, Patricia, Neils, Caroline, Léa, Célanie, Gabriel et Susane vont au Frat cette année. Des actions seront menées pour les aider à partir. Nous comptons sur vous ». On a compris. Nous allons nous associer à leur démarche spirituelle et aussi, de bon coeur, mettre la main au porte-monnaie. Il s’agit de les aider à financer le coût de leur participation car les ventes de gâteaux « fabrication maison » qu’ils nous vendront à la sortie des messes ces prochains dimanches ne pourront y suffire.

FRAT 2018.jpg
Reprécisons ce qu’est le FRAT : des temps de célébration des jeunes tous ensemble dans la basilique Saint-Pie X, des temps en groupe et en diocèse, des prières et des chants, des carrefours pour permettre la rencontre et le partage, des ateliers pour expérimenter et approfondir les sujets proposés. Et ils sont nombreux : vocation, famille, sacerdoce, travail, service, le tout rassemblé sous le thème général de ce FRAT : « Sois sans crainte, Il t’appelle ». Quelque 10000 jeunes de 15 à 18 ans sont attendus cette année encore, dans le sanctuaire marial pour prier, chanter, célébrer. Ils expérimenteront là un moment fort de leur vie de foi dont le souvenir perdurera dans leur mémoire. D’autant que cette année, ils seront invités à prendre la parole, comme le souhaite le Pape François, pour aider l’Eglise à mieux répondre à leurs attentes, leurs souhaits, suggestions devant faire l’objet, dans quelques mois, d’un « Synode des jeunes » où les évêques du monde entier vont en débattre. Ne pas oublier que nos « frateux » emporteront notre communauté paroissiale dans leurs bagages et la confieront à Marie. Et qu’ils se proposent de recueillir les intentions de prière que chacun (chacune) d’entre nous serait désireux de leur confier pour être déposées à la grotte. Il suffira pour cela de glisser ces intentions sous enveloppe en la libellant « Intention de prière à emmener à la grotte » et de la remettre à la sortie de la messe à Huguette Raad ou à un (une) jeune de l’Aumônerie présent ce jour-là ou bien de la déposer à l’Accueil.

Jacqueline HUBER

CONNAISSEZ VOUS LE DENIER DE L'EGLISE ?

… et savez-vous :
- que l’Eglise en France (hors Alsace et Loraine) ne reçoit aucune subvention de l’Etat ou des collectivités locales et pas davantage du Vatican ?
- qu’en conséquence, la vie matérielle de l’Eglise est entièrement à la charge des fidèles et donc entre autres, à la vôtre ?
- que les recettes des paroisses (quêtes, offrandes lors des baptêmes, mariages, funérailles et cotisations caté et aumônerie) sont employées à couvrir les frais d’entretien des bâtiments, chauffage, éclairage, assurances, taxes foncières, télécoms, frais de culte, de catéchèse, et plus généralement de pastorale ?
- que les recettes exceptionnelles issues de manifestations, telles que chez nous kermesses et lotos, ainsi que les dons exceptionnels sont affectés au financement des charges de gros entretien des bâtiments?
- que la vie matérielle des prêtres et la rémunération des quelques laïcs salariés du diocèse sont financées par la collecte annuelle du « Denier de l’Eglise » qui, pour 2018, s’ouvre aujourd’hui et à laquelle tous les catholiques sont invités à répondre, soit en utilisant le bordereau de versement inclus dans les enveloppes qui sont distribuées à la sortie des messes de ce week-end, soit en ligne sur www.catholique95.fr ?

Le « Denier de l’Eglise » : la ressource « vitale » pour les prêtres et salariés de notre diocèse !

denier de l'eglise affiche.png

Lydia DONNAT, membre du Conseil économique

UNE PREMIERE FETE PATRONALE : LES FAMILLES AU RENDEZ VOUS

C’était une première, à l’occasion du Jubilé des 50 ans et de la fête de saint François de Sales, en fait le 24 janvier. Mais le dimanche 21, les familles étaient invitées à passer la journée à la Paroisse.

fete SFS 20 01 18.jpg
Elles sont venues nombreuses pour la messe des familles, marquée par la solennité de saint François, avec l’orchestre, des portraits du saint, la statue installée sur son piédestal, un hymne en son honneur, et même un apéritif. Elles sont venues moins nombreuses mais enthousiastes pour le repas partagé dans la salle. Comme d’habitude, le buffet est devenu un vrai festin avec, notamment, une énorme marmite de riz cantonais chaud préparée et apportée par les amis togolais.
Elles sont restées après 14h00 pour jouer. Depuis quelques semaines, une petite équipe avait pris en charge la confection de questionnaires sur la vie et l’oeuvre de saint François. Et au jour J, une dizaine d’animateurs étaient prêts à accueillir les six équipes dans les deux églises, chez Serge et chez Yanick, pour terminer le jeu à la salle du Bon Pasteur, et à l’abri de la pluie incessante ce jour-là. Après avoir répondu à trente questions, les équipes avaient à effectuer un puzzle pour reconstituer une citation du saint. Elles y sont toutes parvenues, et les petits n’étaient pas les derniers à réussir. Lors du palmarès et du goûter final, ils ont d’ailleurs été récompensés avec une Bande Dessinée sur la vie de saint François. Un joli souvenir parmi d’autres pour une première fête patronale hivernale mais chaleureuse. Merci aux animateurs, aux joueurs et à notre saint patron.

Michel et Marie-Hélène Rocher

50 ANS ... ET UN JOUR DE LIESSE

En ce dimanche 3 décembre, l'église Saint-François était parée, fleurie, agrémentée d'une expo historique, enchantée par l'orchestre des grandes occasions et pleine à craquer pour fêter son demi-siècle.

l_assemblee_avec_Foi_et_Lumiere_au_premier_plan.JPG Mgr_Lalanne__pere_Guillaume_et_SFS.jpg

Notre évêque de Pontoise, Mgr Lalanne, réalisait sa première visite dans la Paroisse du Plessis- Bouchard, hormis les cérémonies de confirmation. Ces deux évènements ont coïncidé aussi avec le premier dimanche de l'Avent et la découverte de la nouvelle formulation du Notre Père.
Au début de la messe, le père Guillaume a brossé un portrait contrasté de la paroisse, comme un corps vivant, structuré et menacé par le vieillissement. Mais les temps forts du Jubilé des 50 ans de l'église et de la procession en ville de Notre- Dame de Fatima ont porté notre communauté et ont amplifié le nouveau souffle et le rajeunissement en oeuvre depuis quelques années, avec notamment les Puits de la Parole appelés à se multiplier.

eucharistie_avec_mgr_lalanne.jpg
Cedric_avec_l_orchestre.JPG

Dans ses propos sur la Paroisse, Mgr Lalanne a remarqué « la richesse inouïe » de notre petite paroisse et, en guise de témoignage, la procession des offrandes.a permis de déposer les outils de travail de nombreux mouvements et services pleinement actifs. Autre temps fort de la messe : la bénédiction d'une statue de saint François de Sales, récemment terminée par un sculpteur de l'abbaye de Flavigny : le père Jean-Bosco Marie. Elle sera un témoignage durable de la redécouverte de notre saint patron en cette année jubilaire, avec des conférences, un pèlerinage sur ses traces en Haute-Savoie et bientôt, un rallye pour les familles. C'est avec un apéritif et un repas réunissant une vingtaine de paroissiens que s'est prolongée la visite de Mgr Lalanne. En parlant de l'avenir, s'est profilé un nouveau défi pour notre génération, 50 ans après les bâtisseurs : celui de vivre des expériences d'évangélisation. Comme l'a dit le père Guillaume, « elles nous aideront à accueillir la grâce de l'Esprit de Pentecôte pour vivre une véritable conversion missionnaire ».

Michel Rocher

FACEBOOK, BIENVENUE CHEZ NOUS !

On peut l’appeler comme on veut, mais cette application est entrée dans la vie courante de millions d’internautes, et surtout parmi les plus jeunes. La paroisse se doit de savoir aussi s’adresser à eux par leur langage et leurs habitudes de communication. C’est pourquoi le père Guillaume a confié à deux jeunes de l’équipe COM COM l’ouverture d’une page Facebook de la Paroisse : Elodie, récemment baptisée, et Marine. La page sera actualisée souvent avec beaucoup de photos, de textes et de dates. Et les commentaires des paroissiens seront les bienvenus.
Après une période de rodage, la page Facebook est maintenant active. Vous la trouverez à l’adresse suivante :

https://www.facebook.com/paroissecatholiqueplessisbouchard/

Facebook_page_Paroisse.pdf

Foi et Lumière : un supplément d'âme pour notre communauté

Bienvenue à nos amis de "Foi et Lumière" qui, à leur tour, font leur rentrée parmi nous, poursuivant ce long compagnonnage évoqué lors du rassemblement de notre doyenné le 8 décembre dernier. Le voici, in extenso :

En cette année du Jubilé diocésain, et plus encore que les autres années, nous avons multiplié les occasions de partage de nos activités avec nos amis handicapés de Foi et Lumière et leurs accompagnateurs. Et c'est une bénédiction pour la paroisse.
Une fois par mois, le groupe est invité à participer à nos célébrations. Ils délivrent une intention de prière, rédigée par eux. Cette année, leur venue a souvent coïncidé avec les messes des familles, où les enfants du catéchisme et leurs parents sont invités à titre personnel. Les aidants de Foi et Lumière pouvaient alors plus encore participer aux lectures et aux processions.
Un autre temps fort a été la galette paroissiale en janvier. En plus des échanges de voeux et des partages de galettes, nos amis de Foi et Lumière ont accepté de chanter et de réciter, en entraînant l'assistance avec eux. Ces exemples démontrent les bienfaits de la présence de Foi et Lumière dans notre communauté. Ce qui nous touche en particulier :
 c'est leur joie d'être avec nous et avec Dieu dans son église,
 c'est leur ferveur priante qui rend modeste les petits soucis des biens portants,
 c'est leur générosité qui se manifeste par leur plaisir d'échanger avec les paroissiens.

Foi et Lumière, en un mot, c'est un supplément d'âme pour notre communauté et nous rendons grâce à Dieu pour cela. Ajoutons qu'à la suite de ce complément, Nicole, depuis son fauteuil, a rendu grâce aussi pour l'accueil et la dignité donnés par notre communauté à la famille de Foi et Lumière.